Archive pour janvier 2014
Dover Lane.
28 janvier 2014

J’ai pu assister la semaine dernière à une partie du Dover Lane Festival, l’un des festivals les plus réputés en matière de musique classique indienne à Calcutta. De grands noms se succèdent pendant quatre nuits, ce qui permet à chacun des interprètes de caler son interprétation sur l’atmosphère de l’heure (rasa). Ce festival, auquel j’ai déjà assisté dans le passé, sert d’ailleurs de point de départ à mon livre « Fantômes à Calcutta ». Je n’ai pas pu assister à l’ensemble du programme (il faut bien dormir lorsque l’on travaille le lendemain !) mais suis tout de même parvenu à entendre Koushik Bhattacharjee (voix), Pushpraj Koshti (surbahar), Vinyak Torvi (voix), Kaushiki Chakraborty (remarquable vocaliste), Rahul Sharma (superbe joueur de santoor) et la star de ce festival, la très belle Anoushka Shankar, qui se produisait pour la première fois à Calcutta depuis la mort de son père et gourou Ravi Shankar. Elle était attendue au tournant, de par son nom et parce que son succès en World Music a pu agacer les puristes, mais elle a donné un très beau récital solo, accompagnée de Tanmoy Bose aux tablas, qui lui a permis de se mettre dans la poche le public exigeant de Calcutta.



Podcasts.
19 janvier 2014

Passant beaucoup de temps dans les embouteillages de Calcutta, j’ai l’occasion d’écouter pas mal de podcasts – décidément une très belle invention. Ci-dessus la capture d’écran de mon iPad. Si on y regarde de plus près, on verra non seulement que je suis très fidèle au service public mais que ceux-ci résument finalement assez bien mes grands centres d’intérêt :
- la philosophie : « Le gai savoir » (Raphaël Enthoven), « Les nouveaux chemins de la connaissance » (Adèle van Reeth)
- le jazz : « Club JazzaFIP », « FIP livre ses musiques », « FIP sur canapé », « Les Matins Jazz » (TSF Jazz)
- la littérature et le cinéma : « Le Masque et la Plume » (Jérôme Garcin), « Ca peut pas faire de mal » (Guillaume Gallienne), « Projection privée » (Michel Ciment), « Une vie une oeuvre » (Matthieu Garrigou-Lagrange)
- les entretiens avec des personnalités du monde de la culture : « Eclectik » (Rebecca Manzoni), « Hors-champs » (Laure Adler), « Du jour au lendemain » (Alain Veinstein), « Le Grand Entretien » (François Busnel), « Le tête-à-tête » (Frédéric Taddéi)
- les voyages : « Villes monde »
- les grandes questions de société : « Répliques » (Alain Finkielkraut)

Tous podcasts dont je vous recommande chaudement l’écoute !



Simon, Malraux, Duras, Safran Foer
5 janvier 2014




Je note, avec plaisir, que je lis plus vite que je ne rends compte de mes lectures dans ce blog, ce qui est un bon signe.
Parmi mes lectures de l’automne, « Les Antimémoires » de Malraux, avec toujours le même questionnement : génie ou imposteur ? Le style de certains trop longs passages est d’un autre siècle. Malraux se délecte d’avoir rencontré les grands de ce monde et je ne m’attendais par exemple pas à trouver autant de développements concernant l’Inde. Je ne peux pas imaginer un seul instant qu’il ait pu recueillir les confidences aussi poussées d’un Nehru ou d’un Mao, mais ses intuitions sont géniales et évidemment, le souffle et l’épique sont toujours là, en particulier dans les excellents épisodes ayant trait à la Résistance.
J’ai eu ma séquence Nouveau Roman, avec « L’invitation » de Claude Simon, court texte assez froid qui ne m’a pas convaincu. Il en va différemment du « Square » de Duras, une très agréable surprise. Ce dialogue entre une garde d’enfant et un inconnu dans un jardin public est très frais, théâtral, légèrement mélancolique, porté par un ton d’une grande justesse.
Enfin, j’ai lu « Tout est illuminé » du jeune prodige des lettres américains Jonathan Safran Foer. Safran Foer fait preuve d’une maestria très convaincante lorsqu’il décrit l’histoire originelle d’un shetl juif dans l’Ukraine du XVIIIème siècle, mais son baroquisme finit par écraser le livre et j’avoue que j’ai fini par décrocher.