Archive pour janvier 2012
Lectures récentes
11 janvier 2012

J’ai enfin lu les « Contes cruels » de Villiers de l’Isle-Adam, qui me narguait depuis des années dans les rayonnages de ma bibliothèque-des-livres-à-lire. J’avoue que j’ai été un peu déçu. Mises à part quelques nouvelles brillamment fin de siècle (comme « Impatience de la foule »), il est loin d’arriver au niveau de Huysmans ou de Barbey d’Aurevilly.
J’ai également lu « Le rire de la terre », un florilège bilingue de nouvelles birmanes des années 1950 traduites par la grande Denise Bernot. Rien d’extraordinaire là non plus. La littérature birmane contemporaine est très difficilement accessible car très peu traduite. Ah que j’aimerais tomber sur une pépite, sur un auteur Nobélisable et aider à le ou la faire connaître en France ! Ce n’est pas gagné et, de ce que j’ai pu lire jusqu’ici, je ne vois rien qui puisse plaire à un public occidental, rien qui puisse par exemple se hisser à la hauteur d’un Pramoedya Ananta Toer en Indonésie, que j’avais rencontré chez lui quelques années avant sa mort et qui, comme tous les grands auteurs, parvenait à résumer dans ses livres l’âme de son pays, l’Indonésie.
J’ai passé beaucoup de temps dans « Le pays de l’alcool », de l’écrivain chinois Mo Yan. Le livre, vraisemblablement écrit sous l’empire de son sujet, ne manque certainement pas de souffle et Mo Yan est certainement un grand écrivain, mais ses histoires de gastronomes mangeurs d’enfant ont fini par me lasser. La traduction, par Noël Dutrait, qui fut jadis mon professeur de chinois, et sa femme Liliane, était néanmoins excellente.
Enfin, pioché par hasard dans ma bibliothèque, je me suis plongé dans « La vie heureuse » et « La brièveté de la vie » de Sénèque. Mon édition comprenait également les extraits de la correspondance entre Descartes et la princesse Elisabeth sur ces textes, assez intéressante ma foi. J’ai réalisé à cette occasion que je ne lisais pas assez de philosophie, alors que j’en étais un grand lecteur jadis.